#BrigadeInside — Chaque 18 septembre, les sapeurs-pompiers de Paris célèbrent l’anniversaire de la création du premier bataillon en 1811. Lors de cette journée particulière, se succèdent différentes commémorations avec en point d’orgue, la cérémonie à l’Hôtel des Invalides présidée par Madame Geneviève Darrieussecq secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées. La veille, pour la première fois a eu lieu une “veillée au drapeau”. Ce rite est un acte traditionnel dans l’Armée. Il donne du sens aux valeurs morales enseignées (services à la nation, sacrifices consentis et résilience). La veillée assure l’héritage et la pérennité des traditions.

La rédac­tion Allo18 —  — Modi­fiée le 4 mai 2021 à 10 h 50 
1 Par­tages

La cérémonie

Le discours de Mme la secrétaire d’Etat

Mon­sieur le préfet,

Mes­dames et mes­sieurs les élus,

Mon­sieur le com­man­dant de la BSPP, général,

Mes­dames, mes­sieurs les offi­ciers généraux,

Offi­ciers, sous-offi­ciers, gra­dés et sapeurs de la bri­gade de sapeurs-pom­piers de Paris,

Mes­dames, messieurs,

1 600 marches ! Le com­bat fait tou­jours rage à quelques mètres de là. Et pour­tant, 6 sapeurs-pom­piers de Paris s’aventurent vers la flèche de la tour. Le vent attise leur cou­rage. Les échos des tirs enhar­dissent leurs pas. Au som­met du plus emblé­ma­tique monu­ment pari­sien, ils arrachent l’ignoble croix gam­mée, qui depuis quatre ans, enlai­dis­sait l’âme de la capi­tale. Le dra­peau tri­co­lore retrouve sa place. Les trois cou­leurs, à nou­veau, flottent sur la capi­tale. C’est la France qui recon­quiert le som­met de la Tour Eif­fel. C’est la France qui rentre chez elle.

C’était le 25 août 1944, c’était la Libé­ra­tion de Paris, c’était il y a 75 ans.

Paris libé­rée sait ce qu’elle doit aux pom­piers pari­siens. L’honneur et le cou­rage étaient déjà vos com­pa­gnons de devoir. Le pro­fes­sion­na­lisme et le dévoue­ment étaient déjà votre rai­son d’être.

Ces valeurs vous accom­pagnent depuis tou­jours. Elles vous ont accom­pa­gné lorsque l’impensable est arri­vé. Elles vous ont accom­pa­gné dans les flammes de Notre-Dame. Elles ont été votre bous­sole lorsque dans les marches des tours de la cathé­drale vous avez bra­vé le dan­ger. Quand cha­cun croyait voir s’effondrer le monu­ment, vous avez fait sur­gir l’espoir. Quand cha­cun, sidé­ré, pleu­rait déjà les cendres de notre his­toire, en sau­vant les tours vous avez sau­vé la cathé­drale. Ce jour-là, vous avez sau­vé un mor­ceau de l’âme de la France. Ce jour-là vous êtes, encore un peu plus, entrés dans nos cœurs.

C’était le 15 avril 2019. Ce jour-là, le monde entier a levé vers vous des regards admiratifs.

Mais c’est bien chaque jour que vous faites hon­neur à votre his­toire. En 208 ans, les occa­sions de s’illustrer n’ont pas man­qué à la bri­gade de sapeurs-pom­piers de Paris.

hôtel des invalides

Ce sont aujourd’hui plus de 500 000 inter­ven­tions que vous accom­plis­sez par an, plus de 1 400 par jour. Vous affron­tez l’adversité et le dan­ger avec cou­rage, rapi­di­té et déter­mi­na­tion. Ce sont des dizaines de mil­liers de Pari­siens, de Fran­ci­liens et de tou­ristes qui, chaque année, vous sont rede­vables. Par­mi-eux, des cen­taines vous doivent la vie.

Chaque 14 juillet, les Champs-Ely­sées vous réservent une ova­tion magis­trale. C’est un ton­nerre d’applaudissements qui vous accom­pagne sur chaque pavé.

Cha­cun des citoyens qui vous acclament sait qu’il peut comp­ter sur vous.

Parce que vous étiez là, le 13 novembre 2015, pour répondre aux ravages de la bar­ba­rie et prendre en charge ses victimes.

Parce que vous étiez là rue de Tré­vise, le 12 jan­vier 2019. Et nous pen­sons avec émo­tion au ser­gent Simon CARTANNAZ et au capo­ral Natha­naël JOSSELIN. Et, je sais que vous pen­sez à vos cama­rades lors de chaque « appel des morts au feu ».

Parce que vous êtes là lorsqu’un EHPAD prend feu, lorsqu’un acci­dent se pro­duit, lorsqu’une per­sonne en détresse attend de l’aide mais aus­si lorsqu’un ser­pent part en cavale.

Tout sim­ple­ment, vous êtes tou­jours là !

Vous êtes des pom­piers mais vous êtes aus­si des mili­taires. Je suis devant vous aujourd’hui pour vous témoi­gner le sou­tien du minis­tère des Armées. Nous sommes fiers de la plus grande bri­gade de l’armée de Terre. Dans vos regards, dans vos uni­formes et dans votre dra­peau, je vois la même fra­ter­ni­té d’armes, la même force, la même exi­gence qui ras­semblent et soudent les femmes et les hommes de nos armées. Dans votre déter­mi­na­tion et votre sens du sacri­fice, je vois ce qui unit nos sol­dats en opé­ra­tion. La fra­ter­ni­té dans le péril, dans la joie et dans l’effort vous per­met de vous dépasser.

Je veux vous dire mon admi­ra­tion. Je tiens à vous trans­mettre toute l’estime que la Nation a pour vous.

J’adresse mes plus vives féli­ci­ta­tions à cha­cun des réci­pien­daires que nous venons de déco­rer. Vous avez méri­té cette dis­tinc­tion. Elle récom­pense vos actes de cou­rage et de dévoue­ment au ser­vice de l’intérêt général.

Car c’est bien un ser­vice public, un ser­vice pour toutes et pour tous que vous ren­dez. Vous le faîtes sans rien attendre en retour, avec modes­tie et sens du devoir. Vous le faites en héros du quotidien.

Et, je veux dire, avec la plus grande force, qu’il est into­lé­rable que vous puis­siez être pris pour cible lors de cer­taines inter­ven­tions. Le Gou­ver­ne­ment a pris à bras le corps ce sujet et notam­ment le minis­tère de l’Intérieur. Nous n’accepterons jamais que ces vio­lences se bana­lisent et entrent dans votre quotidien.

Je connais le souffle de votre enga­ge­ment. Il est puis­sant, il est total. Il a des consé­quences sur votre vie fami­liale. Car vos familles épousent votre enga­ge­ment et votre rythme de vie. C’est pour cela qu’avec la ministre des Armées, Flo­rence PARLY, nous agis­sons pour que des mesures concrètes amé­liorent votre quo­ti­dien et celui de vos familles. Je veux ici saluer avec gra­ti­tude vos familles pour leur accom­pa­gne­ment et leur résilience.

hôtel des invalides

Sapeurs-pom­piers de la BSPP,

Vous êtes les dignes héri­tiers de 208 ans d’histoire. Vous faites hon­neurs à tous vos devan­ciers et à votre devise : « sau­ver ou périr ».

Dans ces Inva­lides, sym­bole du lien étroit entre la Nation et son armée ; dans cette cour, à quelques mètres du tom­beau du créa­teur du pre­mier bataillon de sapeurs-pom­piers de Paris, vous rece­vez l’hommage de toute la Nation.

Fina­le­ment, ce que je veux vous dire est très simple. Tout sim­ple­ment, mer­ci. Mer­ci pour les Pari­siens ! Mer­ci pour les Fran­çais ! Mer­ci pour la France !

Vive les sapeurs-pom­piers de Paris !

Vive la République !

Vive la France !

hôtel des invalides

Les récipiendaires

Offi­cier de l’Ordre de la Légion d’honneur

(SECARM)

Le colo­nel Ronan LE BARBIER de BLIGNIERES – 24 ans de services

Com­man­dant du 2ème grou­pe­ment d’incendie et de secours

Est che­va­lier de l’Ordre de la Légion d’honneur et de l’Ordre natio­nal du Mérite.

Est cité à l’ordre du corps d’armée avec attri­bu­tion de la médaille d’or de la défense nationale.

Est déco­ré :

hôtel des invalides

Che­va­lier de l’Ordre de la Légion d’honneur

Le lieu­te­nant-colo­nel Phi­lippe BAILLÉ – 21 ans de services

SECARM

Com­man­dant du 1er grou­pe­ment d’incendie et de secours

Est che­va­lier de l’Ordre natio­nal du Mérite.

Est cité à l’ordre du régi­ment avec attri­bu­tion de la médaille d’or de la défense nationale.

Est cité à l’ordre du régiment.

Est déco­ré :

hôtel des invalides

Le chef de bataillon Eric MOULIN – 35 ans de services

Chef du bureau logements

SECARM

Est che­va­lier de l’Ordre natio­nal du Mérite

Est déco­ré :

hôtel des invalides

Le capi­taine Marc PORRET-BLANC – 22 ans de services

Com­man­dant de la 2ème com­pa­gnie d’incendie et de secours

PP

Est cité à deux reprises à l’ordre du corps d’armée avec attri­bu­tion de la médaille d’or de la défense nationale.

Est cité à deux reprises à l’ordre du régiment.

Est déco­ré :

hôtel des invalides

Le capi­taine Franck BONNIER – 24 ans de services

Com­man­dant de la 8ème com­pa­gnie d’incendie et de secours

PP

Est cité à l’ordre du corps d’armée avec attri­bu­tion de la médaille d’or de la défense nationale.

Est déco­ré :

hôtel des invalides

L’adjudant-chef Jérôme DEMAY – 23 ans de services

Chef du centre de secours « Poissy »

GDI GALLET

Est médaillé militaire.

Est déco­ré :

hôtel des invalides

Le lieu­te­nant-colo­nel René DOSNE

Sert dans la réserve opérationnelle

GDI GALLET

Est che­va­lier de l’Ordre natio­nal du Mérite.

Est déco­ré :

Médaille militaire

L’adjudant-chef David AUBIN 22 ans de services

Sert à la 1ère com­pa­gnie d’incendie et de secours « Chaligny »

SECARM

Est cité à l’ordre du régiment

Est déco­ré :

hôtel des invalides

L’adjudant-chef Chris­tophe CALLEJA 20 ans de services

Sert au bureau orga­ni­sa­tion res­sources humaines

GDI GALLET

Est déco­ré :

Médaille d’argent 1ère classe pour Acte de Cou­rage et de Dévouement

Le capo­ral Loïc RICHARD – 4 ans de services

A ser­vi à la 5ème com­pa­gnie d’incendie et de secours « Dauphine »

PP

S’est par­ti­cu­liè­re­ment dis­tin­gué le 5 février 2019, lors d’une inter­ven­tion pour feu d’immeuble au 17 bis, rue Erlan­ger dans le 16ème arron­dis­se­ment de Paris. Confron­té à une situa­tion d’extrême urgence, a mani­fes­té un sang-froid exem­plaire et un cou­rage excep­tion­nel, en réa­li­sant le sau­ve­tage de cinq per­sonnes au moyen de l’échelle à cro­chets, au péril de sa vie.

hôtel des invalides

Médaille d’argent 2ème classe pour Acte de Cou­rage et de Dévouement

Le capo­ral-chef Valen­tin WALLET – 5 ans de services

Sert à la 28ème com­pa­gnie d’incendie et de secours « Puteaux »

PP

S’est par­ti­cu­liè­re­ment dis­tin­gué le 5 février 2019, lors d’une inter­ven­tion pour feu d’immeuble au 17 bis, rue Erlan­ger dans le 16ème arron­dis­se­ment de Paris. Confron­té à une situa­tion d’extrême urgence, a mani­fes­té un sang-froid exem­plaire et un cou­rage excep­tion­nel, en réa­li­sant le sau­ve­tage de six per­sonnes au moyen de l’échelle à cro­chets, au péril de sa vie.

hôtel des invalides

Le capo­ral Julien HÉLÈNE – 3 ans de services

Sert à la 6ème com­pa­gnie d’incendie et de secours « Grenelle »

GDI GALLET

S’est par­ti­cu­liè­re­ment dis­tin­gué le 5 février 2019, lors d’une inter­ven­tion pour feu d’immeuble au 17 bis, rue Erlan­ger dans le 16ème arron­dis­se­ment de Paris. Confron­té à une situa­tion d’extrême urgence, a mani­fes­té un sang-froid exem­plaire et un cou­rage excep­tion­nel, en réa­li­sant le sau­ve­tage de trois per­sonnes au moyen de l’échelle à cro­chets, au péril de sa vie.

hôtel des invalides

Médaille de bronze pour Acte de Cou­rage et de Dévouement

Le capo­ral Guillaume RIVALAIN – 8 ans de services

Sert à la 22ème com­pa­gnie d’incendie et de secours « Choisy »

GDI GALLET

S’est par­ti­cu­liè­re­ment dis­tin­gué le 15 novembre 2018, lors d’une inter­ven­tion pour feu d’immeuble, située 6 ter, rue de Ver­dun à Vil­le­neuve-Saint-Georges, en réa­li­sant au moyen de l’échelle à cro­chets au 5ème étage et au péril de sa vie, le sau­ve­tage d’un homme pani­qué, mena­çant de se jeter dans le vide.

hôtel des invalides

Le capo­ral Kévin BUVET – 5 ans de services

A ser­vi à la 10ème com­pa­gnie d’incendie et de secours « Bitche »

GDI GALLET

S’est par­ti­cu­liè­re­ment dis­tin­gué le 16 février 2019, lors d’une inter­ven­tion pour feu d’immeuble, située 39, rue Alphonse Karr dans le 19ème arron­dis­se­ment de Paris, en réa­li­sant au moyen de l’échelle à cro­chets au 3ème étage et au péril de sa vie, le sau­ve­tage d’une per­sonne réfu­giée à la fenêtre de son appar­te­ment et mena­çant de se jeter dans le vide.

hôtel des invalides

1ere Classe d’honneur

Ils ont été nom­més 1ere Classe d’honneur :

hôtel des invalides

Appel des morts au feu

Comme tous les ans, un appel des morts au feu et un dépôt de gerbes s’est tenu dans la cour d’hon­neur de l’é­tat-major de Champerret.

1 place Jules Renard Paris 17
1 place Jules Renard Paris 17

Ravivage de la flamme

Pas­sage désor­mais tra­di­tion­nel sous l’Arc de Triomphe pour hono­rer la mémoire du sol­dat inconnu.

Arc de Triomphe, Paris

Credits

Photos : Sylvia Borel et Marc Loukachine

Retour haut de page