CÉRÉMONIE — Retour sur le 18 septembre

#BrigadeInside — Chaque 18 septembre, les sapeurs-pompiers de Paris célèbrent l’anniversaire de la création du premier bataillon en 1811. Lors de cette journée particulière, se succèdent différentes commémorations avec en point d’orgue, la cérémonie à l’Hôtel des Invalides présidée par Madame Geneviève Darrieussecq secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées. La veille, pour la première fois a eu lieu une “veillée au drapeau”. Ce rite est un acte traditionnel dans l’Armée. Il donne du sens aux valeurs morales enseignées (services à la nation, sacrifices consentis et résilience). La veillée assure l’héritage et la pérennité des traditions.

La rédac­tion Allo18 —  — Modi­fiée le 4 mai 2021 à 10 h 50 

La cérémonie

Le discours de Mme la secrétaire d’Etat

Mon­sieur le préfet,

Mes­dames et mes­sieurs les élus,

Mon­sieur le com­man­dant de la BSPP, général,

Mes­dames, mes­sieurs les offi­ciers généraux,

Offi­ciers, sous-offi­ciers, gra­dés et sapeurs de la bri­gade de sapeurs-pom­piers de Paris,

Mes­dames, messieurs,

1 600 marches ! Le com­bat fait tou­jours rage à quelques mètres de là. Et pour­tant, 6 sapeurs-pom­piers de Paris s’aventurent vers la flèche de la tour. Le vent attise leur cou­rage. Les échos des tirs enhar­dissent leurs pas. Au som­met du plus emblé­ma­tique monu­ment pari­sien, ils arrachent l’ignoble croix gam­mée, qui depuis quatre ans, enlai­dis­sait l’âme de la capi­tale. Le dra­peau tri­co­lore retrouve sa place. Les trois cou­leurs, à nou­veau, flottent sur la capi­tale. C’est la France qui recon­quiert le som­met de la Tour Eif­fel. C’est la France qui rentre chez elle.

C’était le 25 août 1944, c’était la Libé­ra­tion de Paris, c’était il y a 75 ans.

Paris libé­rée sait ce qu’elle doit aux pom­piers pari­siens. L’honneur et le cou­rage étaient déjà vos com­pa­gnons de devoir. Le pro­fes­sion­na­lisme et le dévoue­ment étaient déjà votre rai­son d’être.

Ces valeurs vous accom­pagnent depuis tou­jours. Elles vous ont accom­pa­gné lorsque l’impensable est arri­vé. Elles vous ont accom­pa­gné dans les flammes de Notre-Dame. Elles ont été votre bous­sole lorsque dans les marches des tours de la cathé­drale vous avez bra­vé le dan­ger. Quand cha­cun croyait voir s’effondrer le monu­ment, vous avez fait sur­gir l’espoir. Quand cha­cun, sidé­ré, pleu­rait déjà les cendres de notre his­toire, en sau­vant les tours vous avez sau­vé la cathé­drale. Ce jour-là, vous avez sau­vé un mor­ceau de l’âme de la France. Ce jour-là vous êtes, encore un peu plus, entrés dans nos cœurs.

C’était le 15 avril 2019. Ce jour-là, le monde entier a levé vers vous des regards admiratifs.

Mais c’est bien chaque jour que vous faites hon­neur à votre his­toire. En 208 ans, les occa­sions de s’illustrer n’ont pas man­qué à la bri­gade de sapeurs-pom­piers de Paris.

hôtel des invalides

Ce sont aujourd’hui plus de 500 000 inter­ven­tions que vous accom­plis­sez par an, plus de 1 400 par jour. Vous affron­tez l’adversité et le dan­ger avec cou­rage, rapi­di­té et déter­mi­na­tion. Ce sont des dizaines de mil­liers de Pari­siens, de Fran­ci­liens et de tou­ristes qui, chaque année, vous sont rede­vables. Par­mi-eux, des cen­taines vous doivent la vie.

Chaque 14 juillet, les Champs-Ely­sées vous réservent une ova­tion magis­trale. C’est un ton­nerre d’applaudissements qui vous accom­pagne sur chaque pavé.

Cha­cun des citoyens qui vous acclament sait qu’il peut comp­ter sur vous.

Parce que vous étiez là, le 13 novembre 2015, pour répondre aux ravages de la bar­ba­rie et prendre en charge ses victimes.

Parce que vous étiez là rue de Tré­vise, le 12 jan­vier 2019. Et nous pen­sons avec émo­tion au ser­gent Simon CARTANNAZ et au capo­ral Natha­naël JOSSELIN. Et, je sais que vous pen­sez à vos cama­rades lors de chaque « appel des morts au feu ».

Parce que vous êtes là lorsqu’un EHPAD prend feu, lorsqu’un acci­dent se pro­duit, lorsqu’une per­sonne en détresse attend de l’aide mais aus­si lorsqu’un ser­pent part en cavale.

Tout sim­ple­ment, vous êtes tou­jours là !

Vous êtes des pom­piers mais vous êtes aus­si des mili­taires. Je suis devant vous aujourd’hui pour vous témoi­gner le sou­tien du minis­tère des Armées. Nous sommes fiers de la plus grande bri­gade de l’armée de Terre. Dans vos regards, dans vos uni­formes et dans votre dra­peau, je vois la même fra­ter­ni­té d’armes, la même force, la même exi­gence qui ras­semblent et soudent les femmes et les hommes de nos armées. Dans votre déter­mi­na­tion et votre sens du sacri­fice, je vois ce qui unit nos sol­dats en opé­ra­tion. La fra­ter­ni­té dans le péril, dans la joie et dans l’effort vous per­met de vous dépasser.

Je veux vous dire mon admi­ra­tion. Je tiens à vous trans­mettre toute l’estime que la Nation a pour vous.

J’adresse mes plus vives féli­ci­ta­tions à cha­cun des réci­pien­daires que nous venons de déco­rer. Vous avez méri­té cette dis­tinc­tion. Elle récom­pense vos actes de cou­rage et de dévoue­ment au ser­vice de l’intérêt général.

Car c’est bien un ser­vice public, un ser­vice pour toutes et pour tous que vous ren­dez. Vous le faîtes sans rien attendre en retour, avec modes­tie et sens du devoir. Vous le faites en héros du quotidien.

Et, je veux dire, avec la plus grande force, qu’il est into­lé­rable que vous puis­siez être pris pour cible lors de cer­taines inter­ven­tions. Le Gou­ver­ne­ment a pris à bras le corps ce sujet et notam­ment le minis­tère de l’Intérieur. Nous n’accepterons jamais que ces vio­lences se bana­lisent et entrent dans votre quotidien.

Je connais le souffle de votre enga­ge­ment. Il est puis­sant, il est total. Il a des consé­quences sur votre vie fami­liale. Car vos familles épousent votre enga­ge­ment et votre rythme de vie. C’est pour cela qu’avec la ministre des Armées, Flo­rence PARLY, nous agis­sons pour que des mesures concrètes amé­liorent votre quo­ti­dien et celui de vos familles. Je veux ici saluer avec gra­ti­tude vos familles pour leur accom­pa­gne­ment et leur résilience.

hôtel des invalides

Sapeurs-pom­piers de la BSPP,

Vous êtes les dignes héri­tiers de 208 ans d’histoire. Vous faites hon­neurs à tous vos devan­ciers et à votre devise : « sau­ver ou périr ».

Dans ces Inva­lides, sym­bole du lien étroit entre la Nation et son armée ; dans cette cour, à quelques mètres du tom­beau du créa­teur du pre­mier bataillon de sapeurs-pom­piers de Paris, vous rece­vez l’hommage de toute la Nation.

Fina­le­ment, ce que je veux vous dire est très simple. Tout sim­ple­ment, mer­ci. Mer­ci pour les Pari­siens ! Mer­ci pour les Fran­çais ! Mer­ci pour la France !

Vive les sapeurs-pom­piers de Paris !

Vive la République !

Vive la France !

hôtel des invalides

Les récipiendaires

Offi­cier de l’Ordre de la Légion d’honneur

(SECARM)

Le colo­nel Ronan LE BARBIER de BLIGNIERES – 24 ans de services

Com­man­dant du 2ème grou­pe­ment d’incendie et de secours

Est che­va­lier de l’Ordre de la Légion d’honneur et de l’Ordre natio­nal du Mérite.

Est cité à l’ordre du corps d’armée avec attri­bu­tion de la médaille d’or de la défense nationale.

Est déco­ré :

  • de la médaille de la défense natio­nale éche­lon « argent » ;
  • d’une médaille de ver­meil, d’une médaille d’argent de 1ère classe et d’une médaille de bronze pour acte de cou­rage et dévouement ;
  • d’une médaille de la sécu­ri­té inté­rieure agrafe « sapeurs-pom­piers » éche­lon « argent » ;
  • de la médaille de recon­nais­sance de la nation ;
  • de la médaille com­mé­mo­ra­tive française.
hôtel des invalides

Che­va­lier de l’Ordre de la Légion d’honneur

Le lieu­te­nant-colo­nel Phi­lippe BAILLÉ – 21 ans de services

SECARM

Com­man­dant du 1er grou­pe­ment d’incendie et de secours

Est che­va­lier de l’Ordre natio­nal du Mérite.

Est cité à l’ordre du régi­ment avec attri­bu­tion de la médaille d’or de la défense nationale.

Est cité à l’ordre du régiment.

Est déco­ré :

  • de la médaille d’outre-mer agrafe « Sahel » ;
  • de la médaille de la défense natio­nale éche­lon « or » ;
  • d’une médaille d’argent de 2ème classe et d’une médaille de bronze pour acte de cou­rage et dévouement ;
  • de la médaille com­mé­mo­ra­tive française.
hôtel des invalides

Le chef de bataillon Eric MOULIN – 35 ans de services

Chef du bureau logements

SECARM

Est che­va­lier de l’Ordre natio­nal du Mérite

Est déco­ré :

  • de la médaille de la défense natio­nale éche­lon « or » ;
  • d’une médaille de bronze pour acte de cou­rage et dévouement ;
  • de la médaille de la jeu­nesse, des sports et de l’engagement asso­cia­tif éche­lon « bronze ».
hôtel des invalides

Le capi­taine Marc PORRET-BLANC – 22 ans de services

Com­man­dant de la 2ème com­pa­gnie d’incendie et de secours

PP

Est cité à deux reprises à l’ordre du corps d’armée avec attri­bu­tion de la médaille d’or de la défense nationale.

Est cité à deux reprises à l’ordre du régiment.

Est déco­ré :

  • de la médaille de la défense natio­nale éche­lon « or » ;
  • d’une médaille de ver­meil, de trois médailles d’argent de 2ème classe et d’une médaille de bronze pour acte de cou­rage et dévouement ;
  • d’une médaille de la sécu­ri­té inté­rieure agrafe « atten­tats jan­vier 2015 » éche­lon « argent ».
hôtel des invalides

Le capi­taine Franck BONNIER – 24 ans de services

Com­man­dant de la 8ème com­pa­gnie d’incendie et de secours

PP

Est cité à l’ordre du corps d’armée avec attri­bu­tion de la médaille d’or de la défense nationale.

Est déco­ré :

  • de la médaille de la défense natio­nale éche­lon « or » ;
  • d’une médaille de ver­meil, d’une médaille d’argent de 1ère classe et de trois médailles de bronze pour acte de cou­rage et dévouement.
hôtel des invalides

L’adjudant-chef Jérôme DEMAY – 23 ans de services

Chef du centre de secours « Poissy »

GDI GALLET

Est médaillé militaire.

Est déco­ré :

  • de la médaille de la défense natio­nale éche­lon « or » ;
  • d’une médaille de ver­meil et de trois médailles de bronze pour acte de cou­rage et dévouement.
hôtel des invalides

Le lieu­te­nant-colo­nel René DOSNE

Sert dans la réserve opérationnelle

GDI GALLET

Est che­va­lier de l’Ordre natio­nal du Mérite.

Est déco­ré :

  • de la médaille de la défense natio­nale éche­lon « bronze » ;
  • de la médaille des ser­vices mili­taires volon­taires éche­lon « argent » ;
  • de deux médailles de bronze pour acte de cou­rage et dévouement ;
  • d’une médaille de la sécu­ri­té inté­rieure agrafe « sapeurs-pom­piers » éche­lon « bronze ».

Médaille militaire

L’adjudant-chef David AUBIN 22 ans de services

Sert à la 1ère com­pa­gnie d’incendie et de secours « Chaligny »

SECARM

Est cité à l’ordre du régiment

Est déco­ré :

  • de la médaille de la défense natio­nale éche­lon « or » ;
  • d’une médaille d’argent 2ème classe et de deux médailles de bronze pour acte de cou­rage et dévouement ;
  • de la médaille de la sécu­ri­té inté­rieure agrafe « atten­tats novembre 2015 » éche­lon « argent ».
hôtel des invalides

L’adjudant-chef Chris­tophe CALLEJA 20 ans de services

Sert au bureau orga­ni­sa­tion res­sources humaines

GDI GALLET

Est déco­ré :

  • de la médaille de la défense natio­nale éche­lon « or » ;
  • d’une médaille d’argent 2ème classe et de deux médailles de bronze pour acte de cou­rage et dévouement.

Médaille d’argent 1ère classe pour Acte de Cou­rage et de Dévouement

Le capo­ral Loïc RICHARD – 4 ans de services

A ser­vi à la 5ème com­pa­gnie d’incendie et de secours « Dauphine »

PP

S’est par­ti­cu­liè­re­ment dis­tin­gué le 5 février 2019, lors d’une inter­ven­tion pour feu d’immeuble au 17 bis, rue Erlan­ger dans le 16ème arron­dis­se­ment de Paris. Confron­té à une situa­tion d’extrême urgence, a mani­fes­té un sang-froid exem­plaire et un cou­rage excep­tion­nel, en réa­li­sant le sau­ve­tage de cinq per­sonnes au moyen de l’échelle à cro­chets, au péril de sa vie.

hôtel des invalides

Médaille d’argent 2ème classe pour Acte de Cou­rage et de Dévouement

Le capo­ral-chef Valen­tin WALLET – 5 ans de services

Sert à la 28ème com­pa­gnie d’incendie et de secours « Puteaux »

PP

S’est par­ti­cu­liè­re­ment dis­tin­gué le 5 février 2019, lors d’une inter­ven­tion pour feu d’immeuble au 17 bis, rue Erlan­ger dans le 16ème arron­dis­se­ment de Paris. Confron­té à une situa­tion d’extrême urgence, a mani­fes­té un sang-froid exem­plaire et un cou­rage excep­tion­nel, en réa­li­sant le sau­ve­tage de six per­sonnes au moyen de l’échelle à cro­chets, au péril de sa vie.

hôtel des invalides

Le capo­ral Julien HÉLÈNE – 3 ans de services

Sert à la 6ème com­pa­gnie d’incendie et de secours « Grenelle »

GDI GALLET

S’est par­ti­cu­liè­re­ment dis­tin­gué le 5 février 2019, lors d’une inter­ven­tion pour feu d’immeuble au 17 bis, rue Erlan­ger dans le 16ème arron­dis­se­ment de Paris. Confron­té à une situa­tion d’extrême urgence, a mani­fes­té un sang-froid exem­plaire et un cou­rage excep­tion­nel, en réa­li­sant le sau­ve­tage de trois per­sonnes au moyen de l’échelle à cro­chets, au péril de sa vie.

hôtel des invalides

Médaille de bronze pour Acte de Cou­rage et de Dévouement

Le capo­ral Guillaume RIVALAIN – 8 ans de services

Sert à la 22ème com­pa­gnie d’incendie et de secours « Choisy »

GDI GALLET

S’est par­ti­cu­liè­re­ment dis­tin­gué le 15 novembre 2018, lors d’une inter­ven­tion pour feu d’immeuble, située 6 ter, rue de Ver­dun à Vil­le­neuve-Saint-Georges, en réa­li­sant au moyen de l’échelle à cro­chets au 5ème étage et au péril de sa vie, le sau­ve­tage d’un homme pani­qué, mena­çant de se jeter dans le vide.

hôtel des invalides

Le capo­ral Kévin BUVET – 5 ans de services

A ser­vi à la 10ème com­pa­gnie d’incendie et de secours « Bitche »

GDI GALLET

S’est par­ti­cu­liè­re­ment dis­tin­gué le 16 février 2019, lors d’une inter­ven­tion pour feu d’immeuble, située 39, rue Alphonse Karr dans le 19ème arron­dis­se­ment de Paris, en réa­li­sant au moyen de l’échelle à cro­chets au 3ème étage et au péril de sa vie, le sau­ve­tage d’une per­sonne réfu­giée à la fenêtre de son appar­te­ment et mena­çant de se jeter dans le vide.

hôtel des invalides

1ere Classe d’honneur

Ils ont été nom­més 1ere Classe d’honneur :

  • Mon­sieur Fran­çois Molins est le pro­cu­reur géné­ral près la cour de cas­sa­tion. Il a notam­ment per­mis des avan­cées signi­fi­ca­tives dans les pro­cé­dures opé­ra­tion­nelles appli­quées par les sapeurs –pom­piers pour faire face à la menace depuis les atten­tats de 2015.
  • Mon­sieur le pro­fes­seur Leclerc est chef du Ser­vice de trai­te­ment des brû­lés à l’Hôpital d’instruction des Armées de Per­cy de Cla­mart. Il est le garant de la recons­truc­tion de nos bles­sés. Son ser­vice per­met le réta­blis­se­ment des hommes et des femmes de la Bri­gade qui ont étés griè­ve­ment brûlés.
  • Mon­sieur Pas­cal Julien est conseiller de Paris. Il est un sou­tien fidèle et indé­fec­tible de la Brigade.
  • Madame Sté­pha­nie Bataille est la direc­trice du théâtre Antoine. Sous son impul­sion il a été déci­dé, par soli­da­ri­té de jouer une repré­sen­ta­tion excep­tion­nelle d’une pièce de théâtre dédiée au ser­gent Car­tan­naz et au capo­ral Jos­se­lin, sapeurs-pom­piers de Paris, morts au feu le 12 janvier.
  • Mon­sieur Fré­dé­ric Tel­lier est un scé­na­riste et un réa­li­sa­teur fran­çais. Il a réa­li­sé le film « Sau­ver ou Périr ». Il a obte­nu le prix Schoen­dorf­fer attri­bué par le CEMAT.
  • Mon­sieur Julien Madon est un pro­duc­teur de film. Il est l’un des pre­mier à avoir iden­ti­fié la force du mes­sage véhi­cu­lé par l’histoire de Sau­ver ou Périr.
hôtel des invalides

Appel des morts au feu

Comme tous les ans, un appel des morts au feu et un dépôt de gerbes s’est tenu dans la cour d’hon­neur de l’é­tat-major de Champerret.

1 place Jules Renard Paris 17
1 place Jules Renard Paris 17

Ravivage de la flamme

Pas­sage désor­mais tra­di­tion­nel sous l’Arc de Triomphe pour hono­rer la mémoire du sol­dat inconnu.

Arc de Triomphe, Paris

Credits

Photos : Sylvia Borel et Marc Loukachine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page