Mar­ving Esca­vo­caf —  — Modi­fiée le 26 avril 2022 à 11 h 18 

#BrigadeInside — La e‑FiBi (electronic fiche-bilan) est une tablette tactile utilisée lors d’interventions de secours à victime. Ce matériel, en expérimentation à la Brigade durant plusieurs mois en 2021, remplace désormais la fiche en papier. Présentation de ce nouvel outil opérationnel.

0 Par­tages

Cette inno­va­tion a vu le jour au début des années 2000. À la BSPP, les ambu­lances de réani­ma­tion expé­ri­mentent alors la ges­tion des vic­times à l’aide de ter­mi­naux mobiles. Hélas, les résul­tats du test ne sont pas convain­cants, les outils numé­riques n’étant pas encore assez déve­lop­pés à cette époque. Le pro­jet est donc mis de côté, puis remis à l’épreuve une quin­zaine d’années plus tard.

En effet, l’idée est relan­cée en 2019 par le méde­cin en chef Benoit Frat­ti­ni, méde­cin en chef au bureau de méde­cine d’urgence, avant que le dos­sier ne soit repris par le méde­cin de classe excep­tion­nelle (MCE) Patrick Hert­gen, chef du groupe coor­di­na­tion médi­cale et le com­man­dant San­tos Prie­to, adjoint au chef du bureau de concep­tion numé­rique. Cette expé­rience est réa­li­sée en col­la­bo­ra­tion avec la socié­té Til­dev, pres­ta­taire du logi­ciel uti­li­sé par les sapeurs-pom­piers de Paris.

En clair, ce sys­tème de ges­tion des vic­times vise à « numé­ri­ser l’espace opé­ra­tion­nel jusqu’à la fin de prise en charge de la vic­time » pré­cise le doc­teur Hert­gen. Au cours de l’année 2021, des expé­ri­men­ta­tions du sys­tème sont réa­li­sées dans huit centres de secours (Pois­sy, Port-Royal, Colom­bier, Malar, Rous­seau, Saint-Hono­ré, Plai­sance et Mon­trouge) avec les hôpi­taux Cochin, Saint-Joseph et Lari­boi­sière afin de tes­ter le fonc­tion­ne­ment de l’e‑FiBi et d’apporter les ajus­te­ments nécessaires.

Ver­dict : le sys­tème fonc­tionne et la tablette pré­sente de nom­breux avan­tages. La BSPP décide donc d’équiper l’ensemble de son parc opérationnel.

Ain­si, depuis le 1er décembre 2021, la tablette tac­tile e‑FiBi est le nou­vel outil des chefs d’agrès VSAV. Elle rem­place la tra­di­tion­nelle fiche-bilan en papier pour les inter­ven­tions de secours à victime.


Un déploie­ment pro­gres­sif
La BSPP sou­haite équi­per en prio­ri­té l’ensemble des véhi­cules de secours à vic­time et doter, par la suite, le reste des engins de prompt secours. En pra­tique, un déploie­ment pro­gres­sif est donc mis en place au sein de l’Institution (voir encadré).

E‑FiBi et Nex­SIS étroi­te­ment liés
La tablette tac­tile e‑FiBi s’inscrit dans le pro­jet Nex­SIS (voir notre article page 56), futur sys­tème d’information opé­ra­tion­nel de la bri­gade de sapeurs-pom­piers de Paris. Cet outil numé­rique est pré­vu d’ici quelques mois. Au même titre que la ges­tion de l’alerte et des opé­ra­tions, l’e‑FiBi est une com­po­sante du sys­tème numé­rique. Elle per­met une meilleure ges­tion des vic­times. La Bri­gade montre, avec ce nou­veau maté­riel opé­ra­tion­nel, sa capa­ci­té d’évolution et d’adaptation. Une belle avan­cée pour l’Institution.

Les grandes étapes de l’e‑FiBi

Dans un pre­mier temps, les com­pa­gnies des centres de secours concer­nés par l’expérimentation sont équi­pées.
Ensuite, la 10e com­pa­gnie d’incendie et de secours reçoit à son tour les tablettes e‑FiBi. Cette déci­sion est prise car l’hôpital du sec­teur de la com­pa­gnie, Lari­boi­sière, a par­ti­ci­pé au pro­jet.
Dans un troi­sième temps, un déploie­ment est réa­li­sé dans le reste des com­pa­gnies d’incendie et de secours de la BSPP.
Une fois ces trois étapes ter­mi­nées, les autres engins munis d’un mul­ti­pa­ra­mé­trique seront équi­pés de tablettes tactiles.

[1] La bande MRZ repré­sente la série de numé­ros sur le rec­to de la carte d’identité. Scan­ner cette bande per­met de recueillir des infor­ma­tions sur l’identité de la per­sonne.
[2] L’Infirmier d’accueil et d’orientation est le per­son­nel médi­cal à qui les sapeurs-pom­piers trans­mettent les infor­ma­tions en rap­port avec la vic­time emme­née au ser­vice des urgences.


À LIRE AUSSI…

Assem­blée géné­rale de l’ADOSSPP 2022
Retour haut de page