E=M6 À LA BRIGADE , Mac Lesggy teste la lance diphasique en avant-première

Mac Lesguy et E=M6 à la BSPP

#BrigadeInside — En ce mois de mai, E=M6 a consacré son émission à la brigade de sapeurs-pompiers de Paris. Au programme : phénomènes thermiques, caisson de feu, et surtout en avant-première la toute nouvelle lance à brumisation diphasique. La rédaction d’ALLO DIX-HUIT vous propose de découvrir les coulisses de ce tournage, aux côtés de son animateur vedette Mac Lesggy. Attention… ça tourne !

Maxime Gri­maud —  — Modi­fiée le 6 mai 2021 à 05 h 16 

Saint-Denis, centre de for­ma­tion des cadres (CFC). Une VL vient d’être mise à feu. Des rou­leaux de flammes lèchent l’habitacle du véhi­cule. Sous la pres­sion les vitres se brisent, la fumée s’échappe, tapis­sant la zone de manœuvre d’un immense nuage noi­râtre. Promp­te­ment, deux pom­piers s’interposent devant la torche ardente et pro­cèdent à l’extinction. Le binôme paraît pru­dent et le jet d’eau semble dif­fé­rent de d’habitude. Comme s’il s’agissait plu­tôt d’un brouillard. En un rien de temps, la car­casse de métal cesse de fumer. « Ok, c’est par­fait pour nous, tu peux nous rejoindre » , s’exclame la pro­duc­trice de l’émission. À ses côtés, le cadreur et le pre­neur de son abaissent res­pec­ti­ve­ment leur camé­ra et leur perche. L’homme qui vient d’éteindre la VL rejoint ses par­te­naires et retire son casque. « Des jour­nées comme celle-là, je veux bien en faire tous les jours ! » s’amuse Mac Lesg­gy. Nous sommes le 3 mars 2021, et le tour­nage d’E=M6 s’achève.
Dif­fu­sée toutes les semaines sur M6 depuis le 10 février 1991, E=M6, la plus ancienne émis­sion scien­ti­fique fran­çaise tou­jours en cours de dif­fu­sion, prend ses marques à la BSPP. Centre de for­ma­tion de Vil­le­neuve-Saint-Georges, centre de for­ma­tion des cadres de Saint-Denis, camp de Volu­ceau : sur trois dates de tour­nage, les équipes de la chaîne ont tra­ver­sé les lieux les plus emblé­ma­tiques de la Bri­gade. « L’idée de tour­ner un épi­sode dédié à la BSPP nous est venue tout natu­rel­le­ment, raconte Mac Lesg­gy, le pré­sen­ta­teur ico­nique de l’émission. E=M6 est une émis­sion scien­ti­fique qui s’adresse à toute la famille. Or votre métier aborde la science sous de mul­tiples aspects et fait rêver les petits et les grands. L’équation était donc très simple à résoudre ! »

AU CŒUR DES FLAMMES
Centre de for­ma­tion de Vil­le­neuve-Saint-Georges. Tan­dis que les jeunes recrues et les ins­truc­teurs déam­bulent entre les voûtes du fort, l’équipe de tour­nage effec­tue des prises de vues aux côtés du capi­taine Phi­lippe Le Pape, adjoint au com­man­dant d’unité de la pre­mière com­pa­gnie de for­ma­tion (CDF1). « Entrée, cours prin­ci­pale, salle d’équipement, c’est impor­tant que le spec­ta­teur se pro­jette dans les lieux, qu’il ait un plan d’ensemble » explique Mac d’un œil d’expert. Une fois les pre­miers plans dans la boite, il est temps pour la troupe de rejoindre les fameux cais­sons. L’objectif de la jour­née : com­prendre la phy­sique du feu, les bases du fameux tri­angle. « Notre émis­sion doit res­ter péda­go­gique. Avant d’espérer éteindre le feu, il faut connaître son fonc­tion­ne­ment » analyse-t-il.

E=M6 EN CHIFFRES… 

10 février 1991 : date de créa­tion de l’émission
30 ans d’existence
22 sai­sons
Plus de 1 000 épi­sodes
26 minutes : durée d’un épisode

ET EN RÉCOMPENSES

Prix « Télé­vi­sion » au Fes­ti­val Images et Sciences de Palai­seau en 1992.

• Grand prix de l’information scien­ti­fique, décer­né par l’Académie des sciences en 1995 à Mac Lesg­gy.
• 7 d’or de la meilleure émis­sion édu­ca­tive en 2001.

Mac Lesguy et E=M6 à la BSPP

L’animateur doit main­te­nant péné­trer dans le cais­son. Équi­pé d’une tenue de feu et d’équipements de pro­tec­tion indi­vi­duelle (EPI) mis à dis­po­si­tion par le bureau sou­tien de l’homme (BSH), le pré­sen­ta­teur entre dans la four­naise, accom­pa­gné des for­ma­teurs du fort. « Une fois à l’intérieur, j’observe les flammes, les fumées, l’action des ouvrants et les tech­niques de lances. C’était moi l’élève aujourd’hui ! » affirme le pré­sen­ta­teur qui pos­sède une for­ma­tion d’ingénieur agro­nome. « Des GoPro judi­cieu­se­ment pla­cées cap­turent les anges dan­seurs et les rolls-overs pour ne rien man­quer du spec­tacle. » Cette pre­mière expé­rience, exi­geante et phy­sique, satis­fait toute l’équipe de tour­nage qui repart avec déjà de belles images.

PETITS POMPIERS AU RAPPORT
Quelques jours plus tard, le camp de Volu­ceau accueille lui aus­si l’équipe de tour­nage mais, ce jour-là, trois enfants, accom­pa­gnés de leurs parents, ont été conviés. La pro­duc­tion a orga­ni­sé un cas­ting en amont afin d’identifier des jeunes pas­sion­nés par le métier de pom­pier. « Dès que pos­sible, nous les met­tons en avant dans nos tour­nages, jus­ti­fie Mac Lesg­gy. Le métier de pom­pier est bien sûr celui qui fait le plus rêver les enfants. Nous ne pou­vions tout sim­ple­ment pas pas­ser à côté ! Par ailleurs, leur par­ti­ci­pa­tion per­met de faire pas­ser plus faci­le­ment des mes­sages de pré­ven­tion, ce qui est bien sûr une prio­ri­té de ce numéro. »

Petit pompier à la lance
E=M6, pour le plai­sir des grands et des plus jeunes

LES RECORDS !

Le 10 jan­vier 2016, l’émission réa­lise sa plus belle per­for­mance en atti­rant 3,4 mil­lions de télé­spec­ta­teurs, soit 11,7 % de part d’audience, avec le sujet « Réfri­gé­ra­teur, télé­phone : la science de ces objets qui ont chan­gé nos vies ».
Le “prime-time” du 6 mai 2019 réa­lise un car­ton d’audience : trois mil­lions de télé­spec­ta­teurs et 13,6 % de parts de mar­ché. Soit le deuxième meilleur score de la soirée.

Le pro­gramme de la jour­née consiste en une démons­tra­tion et en une expé­rience sur les lances à eau. Enca­drés par le ser­gent-chef Yoan Pour­prix, la petite fille et les deux gar­çons découvrent les tech­niques de lance, notam­ment le jet droit, le jet dif­fu­sé et le jet de pro­tec­tion. « C’est un exer­cice assez par­ti­cu­lier, s’amuse le chef. Il me faut employer des mots simples pour leur expli­quer com­ment tenir la lance et dif­fu­ser le jet. J’essaie d’être le plus péda­go­gique pos­sible ! » Les efforts du chef de garde semblent por­ter leurs fruits puisque la mati­née est ponc­tuée de visages ravis et enjoués. « Le rire des enfants est com­mu­ni­ca­tif, c’est excellent pour nous de cap­ter ce genre d’images, ana­lyse joyeu­se­ment Mac Lesg­gy. Qui sait, cette jour­née aura peut-être fait naître de futures vocations ! »

Mac Lesguy et E=M6 à la BSPP

MAC À LA DIPH’
Le der­nier tour­nage se déroule un après-midi au centre de for­ma­tion des cadres à Saint-Denis. « Nous sommes venus ici pour décou­vrir l’une des der­nières inno­va­tions de la BSPP : la lance dipha­sique » démarre Mac face à la camé­ra. Cette nou­velle arme, créée pour lut­ter contre les incen­dies, peut géné­rer un brouillard, c’est-à-dire une sus­pen­sion de gout­te­lettes très fines. Celui-ci est ensuite trans­por­té au sein d’un jet à grande vitesse. Le refroi­dis­se­ment et la dimi­nu­tion locale de la teneur en oxy­gène deviennent les modes d’action pré­pon­dé­rants de l’extinction. « L’expérience va se faire en deux temps, pré­cise l’animateur. D’abord, un binôme de pom­piers expé­ri­men­tés va éteindre une VL enflam­mée au moyen d’une lance clas­sique. Ensuite, j’emploierai la lance dipha­sique sur un second véhicule ! »

La pre­mière voi­ture est embra­sée par les for­ma­teurs du centre. Des flammes rou­geâtres et des fumées mena­çantes s’élèvent dans le ciel. Avec assu­rance, le pre­mier binôme part à l’attaque. La lance est uti­li­sée avec éner­gie et habi­le­té, au plus près du foyer. En moins de deux minutes, la mis­sion est accomplie.

Vient le tour de Mac Lesg­gy. Équi­pé d’une tenue de feu, d’un ARI et accom­pa­gné d’un capo­ral-chef expé­ri­men­té, l’animateur fait face au même scé­na­rio que le binôme ini­tial. Si son action reste bien plus pru­dente que celle des deux com­parses, l’efficacité de la lance se fait res­sen­tir. Et en effet, il éteint la VL presque aus­si vite qu’eux. « C’est stu­pé­fiant ! Même sans être for­mé, j’ai réus­si à éteindre cet incen­die très rapi­de­ment. J’imagine l’efficacité de cette lance dans les mains de sol­dats entraînés. »

Satis­faite de ce der­nier jour de tour­nage, l’équipe repart du centre de for­ma­tion des cadres avec la ferme inten­tion de livrer une émis­sion de qua­li­té pour la chaîne. « Ce sera un très bon épi­sode d’E=M6 », pré­sage l’animateur avec conviction !

J’imagine l’efficacité de cette lance dans les mains de sol­dats entraînés. »

Mac Lesg­gy

Mac Lesguy et E=M6 à la BSPP

MAC LESGGY : INGÉNIEUR, ANIMATEUR ET… POMPIER ?

Des lunettes recon­nais­sables entre mille, une démarche de dan­dy anglais et un air d’érudit bien­veillant ! L’animateur vedette d’E=M6 par­tage ses impres­sions de tour­nage, entre cais­sons de feu et extinc­tion de VL.

Com­ment avez-vous appré­hen­dé ce tour­nage ?
Avec beau­coup de plai­sir, si nous avions déjà consa­cré des docu­ments à la BSPP, nous sou­hai­tions, depuis long­temps, dédier une émis­sion entière aux pom­piers de Paris. Il y a énor­mé­ment de sciences et de domaines à explo­rer dans votre métier. En réa­li­té, je me demande sur­tout pour­quoi on ne l’a pas fait plus tôt !
Ce fut aus­si très agréable pour nous de tra­vailler avec des mili­taires ! À l’armée, lorsque les chefs donnent leur aval, toute la chaîne hié­rar­chique déroule le tapis rouge et se fait force de pro­po­si­tion. Il n’y a plus à attendre d’autres accords ou vali­da­tions, cha­cun avance dans le même sens. Notre équipe n’a pas l’habitude de col­la­bo­rer avec des ins­ti­tu­tions aus­si fiables et organisées !

D’un point de vue scien­ti­fique, quelle expé­rience ou inno­va­tion avez-vous pré­fé­rée ?
Dif­fi­cile à dire aux vues de la quan­ti­té de tech­niques et d’équipements que nous avons eu le plai­sir de décou­vrir. Mais je dirais la lance dipha­sique ! Si ce concept décline des tech­no­lo­gies simples, il met en œuvre une phy­sique très com­plexe. C’est un petit bijou de tech­no­lo­gie. En plus, c’est un pro­duit 100 % “made in France” !
J’ai pu le consta­ter en étei­gnant les flammes moi-même ! On res­sent un véri­table sen­ti­ment de puis­sance lorsqu’on la tient en main. Cette lance est même éco­lo­gique puisqu’elle consomme cinq à huit fois moins d’eau qu’une lance tra­di­tion­nelle. Sans par­ler de la meilleure pro­tec­tion du sapeur-pom­pier face aux effets du rayon­ne­ment. En résu­mé, que des points positifs !

Et au niveau émo­tion­nel ?
Être dans la peau d’un pom­pier bien sûr ! C’était extrê­me­ment gri­sant d’enfiler une tenue, un casque et sur­tout cet appa­reil res­pi­ra­toire iso­lant (ARI). Bien sûr, c’est l’expérience dans le cais­son de fumées que je vais rete­nir. Cette sen­sa­tion d’entrer dans un uni­vers très dan­ge­reux, tout en sachant que l’on ne risque pas grand-chose puisque des pro­fes­sion­nels nous encadrent, c’est très agréable fina­le­ment !
La sen­sa­tion de cha­leur, notam­ment, est par­ti­cu­liè­re­ment pré­gnante. Même si je suis plu­tôt spor­tif et pra­tique assi­dû­ment la gym­nas­tique, cette expé­rience m’a fait prendre conscience du niveau et de l’engagement phy­sique néces­saire pour faire par­tie de vos rangs.

REVOIR E=M6

Vous pou­vez revoir cette émis­sion spé­ciale sur le ser­vice replay de M6 : 6play


À LIRE AUSSI…

GRAND FORMAT — Du rouge au vert : la contri­bu­tion de la BSPP au déve­lop­pe­ment durable

GRAND FORMAT — Les inno­va­tions BSPP : faire face aux feux de demain

1 réflexion sur “E=M6 À LA BRIGADE , Mac Lesggy teste la lance diphasique en avant-première”

  1. Dans la géné­ra­tion pré­cé­dente “les anciens “, nous étei­gnions régu­liè­re­ment des feux de VL à la LDT (125l/​mn) . Je ne suis pas sur que le fait de dérou­ler de la toile per­mette une extinc­tion soit plus rapide…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page