mamoudou Gassama et le général Gallet

HISTOIRE DE SAUVETEURS : du caporal Thibault au volontaire Gassama.

L’exploit récent de Mamoudou Gassama, ce jeune Malien qui a effectué un sauvetage héroïque dans XVIIIe arrondissement, l’a conduit dans le bureau du Président de la République, à la préfecture de Seine Saint-Denis puis la mairie de Montreuil pour enfin arriver à l’état-major des sapeurs-pompiers de Paris à Champerret.

Sous les projecteurs, micros et caméras de nombreux médias, M. Gassama à découvert l’univers des sapeurs-pompiers de Paris qu’il désire intégrer au plus vite. Reçu par le général Gallet commandant la Brigade en personne, M. Gassama a visité l’espace mémoire et de traditions dédié à la mémoire des sapeurs-pompiers de Paris « morts au feu » et « morts pour la France ». Scénographié sobrement et enrichi de panneaux didactiques, ce lieu rappelle au visiteur que la devise « Sauver ou Périr » n’est pas une abstraction et souligne la réalité du risque du métier.

Le général Gallet a en particulier présenté la fameuse échelle à crochet plus que centenaire qui est utilisée pour les sauvetages de personnes en péril sur les… balcons !!!

Agrès mythique du pompiers de Paris
Thibault sur l'échelle à crochet

C’est d’ailleurs avec cet agrès qu’un héros du panthéon Brigade a effectué des sauvetages dans des conditions similaires.

Le 8 août 1868, vers 22H15, un incendie éclate au n° 134, rue Saint Antoine (IV arr.) chez un marchand de beurre, fromages et œufs à l’enseigne « La Truie qui file ». Lorsque les secours de la caserne Culture Sainte-Catherine (renommée Sévigné) arrivent sur les lieux, le feu s’est propagé avec une violence inouïe transformant l’étroite cage d’escalier qui dessert les cinq étages en une fournaise impraticable. Après qu’il se soit lancé avec le caporal Bouvatier à l’assaut de la façade pour rejoindre et secourir plusieurs personnes en détresse, le caporal F.Thibault accède avec son échelle à crochets au 5e étage. Avec l’aide d’un drap, il attache à son dos une femme prise de panique pour la redescendre. Arrivé à l’extrémité de son échelle, Thibault se trouve très éloigné de l’étage inférieur à cause du chêneau qui donne un angle important par rapport au plan de la façade. Il effectue alors avec une habilité extraordinaire un rétablissement hors du commun qui lui permet de tomber d’aplomb au 4e étage.

Dans un article de presse de l’époque, un chroniqueur transcrit la détermination du caporal Thibault prenant conscience de sa périlleuse position face à un vide de quatre étages, une femme paniquée sur le dos et une façade très éloignée du plan de son échelle : « Que faire ? Si j’avance avec la femme, je sens que je suis fini. Reculer, la laisser là et me sauver ! Allons donc ! En avant, nous mourrons ensemble puisqu’il le faut…».

En accomplissant son sauvetage grâce à des capacités physiques admirables, le caporal Thibault célébrait  indirectement le cinquantième anniversaire de l’adoption au Corps de la gymnastique. Il démontrait la détermination et l’intrépidité du pompier parisien tout en exprimant l’altruisme du sauveteur dont il devenait le symbole national. Son action faisait de lui le premier héros, et l’un des très rares, qui se légitimait en tant que tel sans avoir donné sa vie dérogeant à la longue lignée des sapeurs-pompiers passés à la postérité pour avoir fait l’ultime sacrifice de la leur.

Mythe incontournable, le caporal François Thibault symbolise la permanence de l’histoire et de l’éthique du Corps : l’incendie, le sauvetage à l’échelle à crochets, la reconnaissance ultime du courage…

Ces capacités, cette hardiesse et ce sens de l’Autre rappellent la prouesse de M. Gassama.

 

mamoudou Gassama et le général Gallet

Mamoudou Gassama devrait commencer bientôt un volontariat service civique. Ce dispositif est un vecteur d’intégration qui renforce la cohésion nationale et la mixité sociale, il offre à toute personne volontaire l’opportunité de servir les valeurs de la République et de s’engager en faveur d’un projet collectif en effectuant une mission d’intérêt général.

Depuis 2010, les volontaires du service civique participent à la réponse opérationnelle de la BSPP en tant que troisième ou quatrième équipier au sein des VSAV. Il s’agit d’un contrat de dix mois, non renouvelable, sur une base de quatre gardes/mois (4 X 24 h ou 8 X 12 h) pour une indemnité mensuelle d’environ 500 €.  Le VSC contribue fortement au recrutement des sapeurs-pompiers de Paris qui ouvre 1 200 postes cette année.

Un commentaire

  1. Bonsoir,

    Merci pour ce reportage de qualité et riche d’informations pour nous simples civils ! Cela nous permet de mieux comprendre l’investissement passionné des soldats du feu, qui risquent leurs vies pour nous à tout instant ..leur courage force notre respect et notre admiration ! Bien respectueusement.

CRÉDITS

Texte

CNE Clément Cognon et Harry Couvin

    Siège social : ALLO DIX-HUIT 9 square Watteau 92400 Courbevoie - ©ADOSSPP - Créateur du site : Fabien Picard