ADOSSPP, BSPP, Pompiers de Paris

Associatif — Dans cet article paru dans Allo Dix-Huit en 2013, Sylvain Ley, le rédacteur en chef de l’époque dresse un portrait de l’association des œuvres sociales des sapeurs-pompiers de Paris (ADOSSPP), qui est toujours pertinent. Découvrons-le.

 — Modi­fiée le 7 mai 2021 à 05 h 53 
0 Par­tages

Fon­dée le 16 juin 1945 à la suite de la pre­mière Nuit du feu orga­ni­sée au Gau­mont Palace, l’ADOSSPP est une asso­cia­tion type loi de 1901 recon­nue d’utilité publique. Son action fon­da­men­tale se défi­nit par l’article 1 de ses sta­tuts : « por­ter assis­tance au per­son­nel de la Bri­gade, en acti­vi­té ou y ayant ser­vi ». Or, c’est jus­te­ment cette volon­té de « por­ter assis­tance » qui régit l’ensemble des faits et gestes de l’association, d’où le carac­tère émi­nem­ment social de cette struc­ture.
« L’ADOSSPP est née d’une grande et belle idée », explique le capi­taine Phi­lippe Durieux, secré­taire géné­ral adjoint*. « Elle a été créée il y a 68 ans par des sapeurs-pom­piers, pour des sapeurs-pom­piers. Et c’est tou­jours d’actualité. » Ain­si, le but de cette asso­cia­tion est d’accompagner le sol­dat du feu actif ou retrai­té dans son quo­ti­dien comme dans toute situa­tion dra­ma­tique, en lui appor­tant des réponses maté­rielles (aides finan­cières) ou imma­té­rielles (sou­tien moral).

Le volet social est au cœur de l’activité de l’ADOSSPP. Son objec­tif est de répondre rapi­de­ment à une situa­tion dif­fi­cile à laquelle peut être confron­té un adhé­rent. Qu’il s’agisse de pro­blèmes finan­ciers, sociaux, de san­té ou d’un acci­dent (en ou hors ser­vice, et concer­nant l’adhérent ou un ayant-droit), l’ADOSSPP peut pro­po­ser une aide ciblée, en peu de temps. Elle per­met éga­le­ment de com­plé­ter ce que le dis­po­si­tif d’assistance clas­sique (assu­rance, mutuelle) ne pren­drait pas en charge. « Nous avons une capa­ci­té de réac­tion que les autres orga­nismes n’ont pas », pré­cise le capi­taine Durieux.
« Toute situa­tion dra­ma­tique trou­ve­ra un écho auprès de l’ADOSSPP, car nous trai­tons au cas par cas. » Tra­vaillant main dans la main avec les assis­tantes sociales de la Bri­gade, l’association per­met aus­si de finan­cer les besoins expri­més dans les conclu­sions de ces der­nières. Et tout cela se réa­lise de manière ano­nyme, les com­mis­sions de l’ADOSSPP trai­tant les dos­siers sans connaître le nom de la per­sonne qui est dans le besoin.
Le second volet dont s’occupe l’ADOSSPP est fami­lial. En effet, cette der­nière pro­pose de nom­breux séjours à coûts réduits pour les sapeurs-pom­piers et leur famille directe, des pres­ta­tions de haut niveau dans les éta­blis­se­ments qui lui appar­tiennent, des places de spec­tacles à des prix attrac­tifs, etc. Loin d’être un comi­té d’entreprise, ces pres­ta­tions ont pour objec­tif de per­mettre au sapeur-pom­pier de s’épanouir hors de son milieu pro­fes­sion­nel. Les condi­tions de tra­vail d’un sol­dat du feu de la capi­tale sont dif­fi­ciles et exi­geantes, deman­dant une dis­po­ni­bi­li­té extrême. Afin qu’il puisse don­ner le meilleur de lui-même en ser­vice, l’ADOSSPP consi­dère qu’il doit pou­voir accé­der à une cer­taine quié­tude quand il ne tra­vaille pas ; d’où les pres­ta­tions qu’elle pro­pose, per­met­tant un accès à la culture, aux loi­sirs pour les enfants, au regrou­pe­ment fami­lial, aux vacances pour des foyers aux reve­nus limi­tés, etc.
« Faire en sorte qu’un enfant puisse par­tir en vacances est une aide à la paren­ta­li­té », pré­cise le capi­taine Durieux.

L’ADOSSPP est une asso­cia­tion regrou­pant plus de 13 000 adhé­rents. Vingt-quatre d’entre eux sont élus au conseil d’administration (CA). Chaque adhé­rent dis­pose d’une voix, qu’il peut expri­mer lors de l’assemblée géné­rale annuelle, et ain­si élire les membres du CA – voire se pré­sen­ter – pour déci­der de la poli­tique géné­rale de l’ADOSSPP. Comme pour chaque asso­cia­tion de ce type, le moindre euro dépen­sé a été voté par le conseil d’administration, d’où l’importance pour les sapeurs-pom­piers adhé­rents de s’impliquer lors de l’assemblée géné­rale.
Pour­quoi ? Tout sim­ple­ment parce que l’ADOSSPP ne vit que parce que les sol­dats du feu pro­posent à l’offrande de la popu­la­tion défen­due, chaque année, des calen­driers. L’ensemble des dons qui sont faits à cette occa­sion par la popu­la­tion revient à l’association, qui peut ain­si finan­cer les aides pré­sen­tées préa­la­ble­ment. Dès lors, en par­ti­ci­pant à l’assemblée géné­rale de l’ADOSSPP, tout adhé­rent peut voter l’utilisation des sommes qui ont été per­çues lors de l’offrande des calen­driers. L’association pour le déve­lop­pe­ment des œuvres sociales des sapeurs-pom­piers de Paris est donc une struc­ture indis­so­ciable de la BSPP, et le fait d’y adhé­rer est un acte com­plé­men­taire à l’engagement de sol­dat du feu. Parce que ses objec­tifs reposent sur des valeurs d’altruisme, de soli­da­ri­té, d’entraide et de dés­in­té­res­se­ment, elle res­semble à ses adhé­rents. Ain­si, si la popu­la­tion peut comp­ter sur ses sapeurs-pom­piers, les sapeurs-pom­piers peuvent, eux, comp­ter sur l’ADOSSPP.
Syl­vain Ley (juillet 2013)

* En 2018, Mon­sieur Phi­lippe Durieux est direc­teur géné­ral de l’ADOSSPP

Retour haut de page