KREBS 2020, l’innovation a un prix

Perspectives — Le prix de l’innovation Krebs récompense chaque année les meilleures propositions de fiches d’idées nouvelles (FIN), issues de l’imagination fertile de sapeurs-pompiers de Paris toujours plus inventifs et ingénieux. ALLO DIX-HUIT vous propose de partir à la rencontre des lauréats de la promotion 2020.

Nicho­las Bady —  — Modi­fiée le 9 juillet 2021 à 09 h 05 

PREMIER PRIX

Le pre­mier prix de l’innovation Krebs 2020 a été décer­né au capi­taine Mathieu Giroir, com­man­dant d’unité de la 13e com­pa­gnie (1er GIS) pour sa pro­po­si­tion de « dis­po­si­tif de géné­ra­tion de cou­rant élec­trique » pou­vant être mis en œuvre sur inter­ven­tion. « Il s’agit d’utiliser la cir­cu­la­tion de l’eau dans nos éta­blis­se­ments de tuyaux pour géné­rer de l’électricité et per­mettre la mise en œuvre de maté­riels élec­triques, indique le lau­réat. Cette idée part du prin­cipe que les camions élec­triques vont très pro­ba­ble­ment se déve­lop­per dans les années à venir et que la pro­blé­ma­tique de la recharge de ces véhi­cules, sur inter­ven­tion, se pose­ra un jour ou l’autre. »

Le concept vision­naire du capi­taine Giroir, déjà deux fois lau­réat du 2e prix Krebs en 2017 et 2018 pour d’autres pro­po­si­tions, lui per­met cette année de mon­ter sur la pre­mière marche du podium. « Je crois sin­cè­re­ment que cette idée a du sens, confie l’officier. Dans un pre­mier temps, il ne s’agira pas de rechar­ger un engin-pompe élec­trique, puisque nous n’en avons pas encore à la BSPP, mais d’être capable de géné­rer du cou­rant sur inter­ven­tion sans avoir recours à un groupe élec­tro­gène, dans une logique d’anticipation des tech­no­lo­gies à venir. » En effet, rechar­ger un engin élec­trique au moyen d’un moteur ther­mique serait pour le moins absurde. « Si le bureau études et pros­pec­tive (BEP) par­vient à déve­lop­per ce pro­jet, nous pour­rions, par exemple, com­men­cer par ali­men­ter nos ven­ti­la­teurs opé­ra­tion­nels (VO) ou pro­duire de l’éclairage », pour­suit le capitaine.

Diplô­mé en 2009 de l’école d’ingénierie méca­nique et numé­rique Sup­mé­ca de Tou­lon, le capi­taine Giroir est un expert. « Issu de l’aéronautique, l’innovation et la concep­tion méca­nique me pas­sionnent, assure le com­man­dant d’unité. D’ailleurs, j’encourage tou­jours mes hommes à déve­lop­per leurs idées… et à être per­sé­vé­rants. Rece­voir le pre­mier prix Krebs est pour moi un immense hon­neur car en tant qu’ingénieur, je suis ter­ri­ble­ment admi­ra­tif du tra­vail de ce grand mon­sieur, qui a énor­mé­ment appor­té aux pom­piers de Paris. »

Capi­taine Mathieu Giroir, 1er prix

DEUXIÈME PRIX

Le sapeur de pre­mière classe Fabien Picard du bureau com­mu­ni­ca­tion (BCOM) a reçu le deuxième prix de l’innovation Krebs 2020 pour récom­pen­ser son idée de créa­tion d’un outil numé­rique de ges­tion des tâches quo­ti­diennes. « Pour gérer les dif­fé­rentes mis­sions rela­tives au bon fonc­tion­ne­ment des uni­tés, chaque centre de secours dis­pose aujourd’hui d’un outil infor­ma­tique per­son­na­li­sé, par­fois assez obso­lète et bien sou­vent per­fec­tible, constate le pre­mière classe Picard. Ma pro­po­si­tion est de doter les uni­tés d’une appli­ca­tion mobile, acces­sible sur smart­phone, des­ti­née à sim­pli­fier et fia­bi­li­ser la sai­sie des don­nées. Un outil moderne, simple et ergo­no­mique pour pou­voir gérer, par exemple, les tour­nées de bouches ou la véri­fi­ca­tion du maté­riel. » Un pro­jet d’autant plus inté­res­sant qu’il peut s’étendre à bien d’autres tâches. « Si c’est utile à la BSPP, alors je serai content » conclut-il modestement.

Pre­mière classe Fabien Picard, 2e prix

TROISIÈME PRIX

Le troi­sième prix Krebs 2020 a été attri­bué au lieu­te­nant-colo­nel Laurent Viguier, com­man­dant en second du grou­pe­ment de sou­tiens et de secours (GSS) et au capi­taine Her­vé Biseau de la 22e com­pa­gnie (2e GIS), au titre de leur pro­po­si­tion de créa­tion de bre­vets métal­liques de qua­li­fi­ca­tions. « À la fin de ma FIO[1], confie le lieu­te­nant-colo­nel Viguier, j’avais comme un sen­ti­ment dif­fus de manque d’un petit quelque chose… Après réflexion, ce vide s’est “maté­ria­li­sé” sous la forme d’une idée de bre­vet métal­lique mar­quant le par­cours et les stages réa­li­sés par les pom­piers de Paris. »

Cette pra­tique est d’ailleurs tout à fait cou­rante au sein des armées. Par exemple, le bre­vet de para­chu­tiste mili­taire, sanc­tion­nant la réus­site au stage du même nom, est fiè­re­ment por­té par les sol­dats de l’armée fran­çaise depuis 1946. « Les stages de qua­li­fi­ca­tion Brigade[2] demandent un inves­tis­se­ment impor­tant, ana­lyse l’officier supé­rieur. Ils sont le reflet d’un enga­ge­ment humain remar­quable, de com­pé­tences spé­ci­fiques de la BSPP mais aus­si de son état mili­taire depuis sa créa­tion, le 18 sep­tembre 1811. Le bre­vet est actuel­le­ment en cours d’homologation. Cela implique une auto­ri­sa­tion de l’école du Génie ain­si que de l’état-major de l’armée de Terre (EMAT) et enfin une vali­da­tion du ser­vice his­to­rique de la défense (SHD). De ce fait, l’insigne pour­rait être por­té par les pom­piers de Paris, sous réserve d’approbation, dès le pre­mier tri­mestre 2021. » Très clai­re­ment, ce pro­jet peut mar­quer dura­ble­ment l’histoire de la Bri­gade et contri­buer au rayon­ne­ment de la BSPP au sein des armées, et au-delà. « C’est un hon­neur de rece­voir le 3e prix Krebs pour cette pro­po­si­tion », conclut le lieu­te­nant-colo­nel Viguier, mili­taire enga­gé, qui a fait don de son prix à l’Œuvre natio­nale du Bleuet de France.

Lieu­te­nant-colo­nel Laurent Viguier, 3e prix
Capi­taine Her­vé Biseau, 3e prix

La rédac­tion d’ALLO DIX-HUIT adresse ses sin­cères féli­ci­ta­tions à l’ensemble des lau­réats du prix de l’innovation Krebs 2020.

Arthur Constan­tin Krebs (1850 – 1905)

LE SAVIEZ-VOUS ?

Issu de la 55e pro­mo­tion de l’école spé­ciale mili­taire de Saint-Cyr (pro­mo­tion de la Revanche), le major-ingé­nieur Arthur Constan­tin Krebs (1850 – 1938) a ser­vi au régi­ment de sapeurs-pom­piers de Paris de 1884 à 1896. Il fut notam­ment à l’origine de la réor­ga­ni­sa­tion du ser­vice incen­die de la ville de Paris ain­si que du déve­lop­pe­ment de sys­tèmes de com­mu­ni­ca­tion et des pompes à vapeur !

Il s’est par ailleurs dis­tin­gué avec de nom­breuses inven­tions concer­nant les sous-marins, les bal­lons-diri­geables, et l’automobile.


LA FIN n’est pas une affaire de moyens

[1] For­ma­tion ini­tiale officier

[2] BRECCH, CT1 SP, CGI, OGC/​1 méde­cin et OSG/​DSM

Pho­tos : CCH Pas­cal Bur­ner et DR

3 réflexions sur “KREBS 2020, l’innovation a un prix”

  1. Je ne connais­sais pas le prix KREBS et je trouve cette démarche très inté­res­sante et extrê­me­ment valo­ri­sante. Cha­cun d’entre nous peut avoir de bonnes idées, et ces der­nières ne sont pas réser­vées exclu­si­ve­ment aux offi­ciers supé­rieurs. En valo­ri­sant ces hommes, et leurs idées inno­vantes, vous valo­ri­sez une fois-de plus votre belle ins­ti­tu­tion. Bravo !

  2. RENDU Dominique (M.)

    Mes­sieurs,
    Ne sachant qui reçoit les mes­sages, j’u­ti­lise cette formule.
    Je vous signale une grave ERREUR au sujet de la date de nais­sance de mon arrière-grand-père, dont je suis le pre­mier arrière-petit-fils : celui-ci est bien né à Vesoul, mais en 1850 (le 1611) et PAS en 1847.
    Le dic­tion­naire Larousse fait la même erreur — les autres, je ne sais pas — . Or, à ma connais­sance, c’est mon cou­sin ger­main Phi­lippe Krebs qui a fait remettre notre ancêtre dans les ouvrages de cette Mai­son d’é­di­tion. (Je le lui ai fait la remarque).
    Meilleures salutations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page