SOLIDARITE – Les secrets du mythique calendrier des pompiers de Paris

50 ans d’existence et toujours le même objectif solidaire ! Vous connaissez le calendrier des pompiers de Paris mais connaissez-vous ses secrets ? De sa création en 1970 à l’édition 2021, de sa conception à sa distribution, en passant par l’utilité des dons récoltés, nous vous dévoilons tous les détails qui font de ce calendrier un calendrier pas comme les autres.

Petite histoire d’un objet devenu culte
Pour mieux comprendre comment ce calendrier est devenu un objet attendu en fin d’année, il faut remonter le temps jusqu’en 1970… Accompagnés de M. Serge Sappa, ancien du régiment puis de la Brigade (1965 – 1993) et membre de l’ADOSSPP depuis 1965, nous sommes partis à la découverte de l’histoire des calendriers à la BSPP.

Bien qu’il y ait eu quelques calendriers avant, c’est au début des années 70 que l’aventure a vraiment commencé. Le commandement cherchait un moyen d’acquérir un établissement pour accueillir les soldats du feu et leurs familles. L’idée de l’offrande reçue en échange d’un calendrier a germé dans l’esprit de plusieurs pompiers de Paris. « Le calendrier est né de la détermination farouche de certains hommes, dont le CDT Ernest Lasalle, chef du service social de l’époque, et de l’ADC Lucien Schmit, chef de l’imprimerie » nous explique Serge Sappa. Ils voulaient créer, imprimer et offrir ce présent en échange de dons entièrement destinés à l’action sociale. Mais la difficulté résidait dans la charge de travail qui les attendait car, à l’époque, le calendrier était entièrement réalisé en interne : maquette, conception, impression, assemblage, etc. « Et les moyens étaient beaucoup plus archaïques que de nos jours ! » nous rappelle Serge Sappa. Il faut dire que le travail à l’imprimerie de la Brigade n’était pas de tout repos : « je me souviens de l’assemblage qui se faisait à la main, feuille à feuille. Autour d’une grande table, nous encollions manuellement des lots de 150 calendriers avant de les détacher un par un avec un petit couteau ».

La première édition est très favorablement accueillie par la population et voit s’écouler 18 000 exemplaires. Ce qui incite à poursuivre cette aventure naissante !

 

Premier calendrier en 1974

Rapidement, le calendrier prend de l’ampleur. L’impression est finalement réalisée à l’imprimerie de la Préfecture de police de Paris et permet de passer de 24 000 à 75 000 exemplaires. Pour réaliser ces missions techniques et délicates, les militaires désignés étaient des hommes sérieux et capables d’une rigueur sans faille. « huit sapeurs-pompiers de Paris étaient détachés à l’imprimerie pour la manutention, et cela neuf mois par an, tout en assurant leurs gardes incendie en CIS. » De bons souvenirs malgré tout pour l’ancien militaire du rang qui se remémore avec plaisir ces moments, passés notamment aux côtés de ses adjoints le CCH Armel Monier et le CPL Daniel Charbonnier. « Parmi les personnages clés de cette aventure, il ne faut pas oublier René Dosne, qui a longtemps contribué aux dessins des calendriers ! » Et qui continue aujourd’hui encore à collaborer avec le magazine ALLO DIX-HUIT…

Dans les années 80, la collaboration amicale avec l’imprimerie de la Préfecture de police de Paris s’arrête brusquement et l’impression des futurs calendriers est confiée à une imprimerie civile. Aujourd’hui encore, le calendrier est réalisé par l’ADOSSPP et la Brigade mais imprimé par un professionnel extérieur.
Depuis des années, les photographes de la Brigade permettent, grâce à leurs clichés, d’illustrer parfaitement les actions des soldats du feu dans les pages de notre calendrier, qui se retrouve dans des milliers de foyers français. Pour l’édition 2021, nous avons voulu mettre en avant les multiples facettes du métier de sapeur-pompier de Paris à travers des portraits ou des scènes du quotidien de ces militaires.

Un sourire qui en dit long
Le calendrier 2021 met en avant les plus belles photos prises par les photographes de la Brigade, avec un point commun : l’humain. Dans les attitudes ou dans les actions sous-jacentes, chaque photo a pour objectif de promouvoir les soldats du feu de la capitale et leurs valeurs. Sur la couverture du prochain calendrier, le sergent-chef Alexandre arbore un sourire communicatif. Mais cette photo révèle bien plus…

35 ans, pacsé et père de deux enfants, le sergent-chef Alexandre est pompier de Paris depuis plus de 16 ans. Affecté depuis deux ans au centre de secours Blanc-Mesnil, il a souhaité devenir spécialiste en exploration longue durée (ELD) car « cette spécialité allie beaucoup de qualités et me permet de conserver des missions classiques tout en intervenant de manière différente ». De son propre aveu, il apprécie « l’esprit d’équipe qui ressort de cette spécialité hors du commun ». Prise lors d’une intervention pour feu de terrasse au Blanc-Mesnil, cette photo de couverture du calendrier 2021 est le témoin de cet attachement au groupe qui anime le chef.
Septembre 2019. Une fois arrivé sur le lieu d’un incendie de chantier, et après avoir vérifié l’absence de victimes et d’ouvriers, le chef d’agrès prend connaissance de la présence de bouteille de gaz sur le site du sinistre. « La recherche de ces éléments dangereux devient ma priorité. » À peine les bouteilles localisées, il a juste le temps de mettre le responsable des travaux et son équipe à l’abri lorsqu’une explosion se produit avant qu’il ne se protège lui-même. Soufflé et projeté au sol, il reste néanmoins conscient. « Ma principale préoccupation après cette déflagration était de m’assurer que mes hommes allaient bien. »

Ils sont ensuite désengagés par la relève d’attaque et dirigés vers la zone de remise en condition du personnel. C’est à ce moment que la tension redescend et que la fierté d’être tous sains et saufs ressurgit. Et les sourires réapparaissent… Le caporal Romain Creusot, photographe du BCOM, était là pour saisir l’instant.
Un moment important dans la carrière du chef Alexandre mais plus largement un instant transposable dans la vie de chaque soldat du feu : la satisfaction d’une intervention qui s’est humainement et matériellement bien terminée.

1 don = 1 calendrier

La campagne d’offrande des calendriers s’adapte au contexte sanitaire actuel et ne se déroulera pas comme initialement prévue en novembre 2020.
Mais pour permettre à nos concitoyens de faire un don aux œuvres sociales et obtenir le calendrier 2021, nous proposons trois options : le don en direct dans les casernes de 14h à 16h, le don par chèque (envoi postal) et le don en ligne sur https://oeuvresocialepompiersparis.fr/

Les dons traditionnellement récoltés lors de la campagne calendriers constituent une majeure partie des ressources de l’association. Chaque don compte, merci pour votre soutien !

À LIRE AUSSI...

libero. ut sem, sed lectus eget libero amet,
allo18

ADHÉREZ À NOTRE NEWSLETTER...

 

Ou téléchargez l’application « Allo 18 » !

allo Dix-Huit sur le playstoreallo Dix-Huit sur appleStore

Merci

Siège social : ALLO DIX-HUIT 9 square Watteau 92400 Courbevoie - ©ADOSSPP - Créateur du site : Fabien Picard