TECHNIQUE — Approche performantielle, nouvelle donne sur les moyens mobiles d’extinction

pompiers de paris avec une lance

Perspectives — Fin 2015, la brigade de sapeurs-pompiers de Paris lançait une étude sur les moyens d’extinction dans la perspective de voir s’il était possible ou non de s’écarter d’une application stricte d’un débit de 500 l.min, sans obérer la sécurité des intervenants. Voici le rapport final.

La rédac­tion Allo18 —  — Modi­fiée le 3 mai 2021 à 03 h 53 

Une telle pers­pec­tive, si elle était fon­dée, serait de nature à réduire le temps de vul­né­ra­bi­li­té auquel le sapeur-pom­pier de Paris est ame­né à faire face.

Pen­dant dix-sept mois, des études ont été réa­li­sées en col­la­bo­ra­tion avec le labo­ra­toire cen­tral de la pré­fec­ture de Police (LCPP), deux labo­ra­toires affi­liés au CNRS (le LEMTA et l’institut P‑Prime) ain­si que quatre autres ser­vices d’incendie et de secours (BMPM, SDIS 35, 54 et 86). Les résul­tats ont été pré­sen­tés lors d’un col­loque de sciences appli­quées au sapeur-pom­pier qui s’est tenu en avril 2018 à la Cité des sciences et de l’industrie à La Vil­lette (Paris XIX) afin de por­ter à la connais­sance de l’ensemble de la pro­fes­sion la démarche et les résul­tats obte­nus ain­si que les pers­pec­tives offertes.

A voir aus­si : Retrou­vez les pré­sen­ta­tions du col­loque d’a­vril 2018

Les effets de ce tra­vail ne se sont pas fait attendre puisque le 16 avril 2018, le bureau de la doc­trine, de la for­ma­tion et des équi­pe­ments (BFDE) de la direc­tion géné­rale de la sécu­ri­té civile et de la ges­tion des crises (DGSCGC) a inté­gré ces avan­cées au sein du nou­veau guide de doc­trine opé­ra­tion­nelle rela­tif aux inter­ven­tions sur les incen­dies de struc­tures ( http://pnrs.ensosp.fr/content/download/40515/668868/file/GDO-incendies-de-structures-2018-V2.pdf ) en indi­quant qu’il est pos­sible de prendre des lances de débit moindre, à condi­tion que leurs per­for­mances aient été éva­luées et vali­dées dans les condi­tions défi­nies par le minis­tère en charge de la sécu­ri­té civile.

Si la valeur de 500 l.min reste un ordre de gran­deur per­ti­nent et qui donne satis­fac­tion à de nom­breux ser­vices d’incendie et de secours, la démarche per­for­man­tielle prend tout son sens lorsqu’il s’agit de rega­gner en sou­plesse d’emploi et au final, en rapi­di­té d’engagement pour per­mettre une action la plus pré­coce possible.

Outre les dif­fé­rentes pré­sen­ta­tions faites lors du col­loque de sciences appli­quées qui sont déjà acces­sibles sur notre site, de nom­breuses demandes nous sont par­ve­nues pour savoir où se pro­cu­rer l’ensemble des résul­tats de ce tra­vail. Vous pou­vez les télé­char­ger ici :
https://allo18-lemag.fr/wp-content/uploads/fichier_lourd/2‑Rapport-final-moyens-mobiles-d-extinction.pdf

20 rue du Rhin, Ros­ny sous Bois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Retour haut de page