— Modi­fiée le 12 août 2022 à 09 h 28 

#BrigadeInside Le général de brigade Joseph Dupré la Tour a pris le commandement de la brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP) le 1er août 2022.

0 Par­tages

Dans la cour d’hon­neur de l’é­tat-major de Cham­per­ret, à l’occasion de la céré­mo­nie mar­quant sa prise de fonc­tion, le nou­veau chef de la BSPP s’est expri­mé devant ses hommes au tra­vers de la lec­ture de son “ordre du jour” numé­ro 1 (lire ci-des­sous). Le géné­ral a rap­pe­lé sa vision du ser­vice, qu’il abor­dait déjà dans un entre­tien don­né au maga­zine ALLO-DIX HUIT en 2019. Tou­jours ani­mé par le trip­tyque : « ser­vir, com­man­der et aimer », le géné­ral Joseph Dupré la Tour a rap­pe­lé le sens de l’engagement qui oblige tout sapeur-pom­pier de Paris dans l’exercice de sa mission. 

ORDRE DU JOUR N°1

Offi­ciers, sous-offi­ciers, capo­raux et sapeurs,

Par décret du 18 juillet 2022, le ministre des armées me nomme à la tête de la Bri­gade à par­tir d´aujourd´hui. Je mesure l’hon­neur qui m’est fait. C´est une noble mis­sion qui m´attend : je l´accomplirai avec fier­té, humi­li­té et détermination.

Je m’in­cline res­pec­tueu­se­ment devant nos morts, nos anciens et notre dra­peau. Mes pen­sées pleines de recon­nais­sance vont éga­le­ment à nos bles­sés et à leurs proches ain­si qu´aux familles endeuillées par la perte d’un de nos frères d´armes. Ma gra­ti­tude et ma défé­rence vont vers les nom­breux chefs qui ont com­man­dé le Bataillon, le Régi­ment puis la Bri­gade, notam­ment mon pré­dé­ces­seur le Géné­ral Gon­tier pour son action réso­lue et efficace.

Sapeurs-pom­piers de Paris, vous êtes l’é­lite de la pro­fes­sion. Mais l´élite doit res­ter humble et ne doit sur­tout pas se repo­ser sur ses lau­riers, sur ses 211 années de gloire et de sacri­fices. Aus­si, enga­gés pour une noble cause, la pro­tec­tion des per­sonnes, des biens et de l´environnement, vous conti­nue­rez à ser­vir notre Patrie avec dis­ci­pline, hon­neur et dévoue­ment sous le regard atten­tif et exi­geant de vos chefs. En opé­ra­tion, vous mon­tre­rez aux anciens qui nous ont pré­cé­dés et aux jeunes avides de nous rejoindre, les plus belles ver­tus mili­taires d’au­dace et de cou­rage, les plus nobles valeurs d’al­truisme, d’ef­fi­cience et de dis­cré­tion. Dans votre tra­vail quo­ti­dien, vous conser­ve­rez ce goût de ser­vir, cette pas­sion d’in­no­ver, cet esprit agile et ce désir per­ma­nent de faire pro­gres­ser la Bri­gade dans tous les volets orga­niques et opé­ra­tion­nels. Enfin et sur­tout, vous main­tien­drez cette cohé­sion, cette fra­ter­ni­té d’armes et d´âmes qui donne la confiance à tous les éche­lons et qui assure le suc­cès de nos enga­ge­ments. Par votre excel­lence, vous per­met­trez ain­si à la Bri­gade de conser­ver sa liber­té d’ac­tion et de réflexion.

Sapeurs-pom­piers de Paris, ensemble et sous l’au­to­ri­té du pré­fet de Police, nous aurons à rele­ver de nom­breux et beaux défis dans les pro­chaines années. La meilleure réponse opé­ra­tion­nelle aux évo­lu­tions de la plaque pari­sienne, la sécu­ri­té de la coupe du monde de rug­by et des jeux olym­piques, la migra­tion sur le sys­tème d’in­for­ma­tion opé­ra­tion­nel Nex­SIS, la pour­suite de la numé­ri­sa­tion de nos pro­ces­sus, le démé­na­ge­ment de l´École des sapeurs-pom­piers de Paris, les nou­veaux modes d’ex­tinc­tion, l’a­dap­ta­tion aux évo­lu­tions des par­te­naires et enfin, la conquête de res­sources, de toutes les res­sources : les finances, les hommes et le temps. Ce sont des enjeux connus, atten­dus et nous les sur­mon­te­rons en confiance. Mais d´autres évè­ne­ments impré­vus et dra­ma­tiques pour­raient sur­ve­nir comme l’Histoire de notre cher et vieux pays l’a sou­vent mon­tré : à nous de tra­vailler sans relâche pour être prêts, le moment venu. Prêts pour notre Patrie, prêts pour nos conci­toyens, prêts pour la Bri­gade qui n´est réel­le­ment elle-même qu´au pre­mier rang.

Sapeurs-pom­piers de Paris, nous avons choi­si un magni­fique métier, sous sta­tut mili­taire dans une uni­té pres­ti­gieuse à la devise exi­geante, « sau­ver ou périr ». Cela nous honore, cela nous oblige.

Pho­tos : BSPP


A LIRE AUSSI…

GÉNÉRAL JEAN-MARIE GONTIER — Le der­nier ordre du jour

Retour haut de page